Depuis quelques semaines, notre monde a été bouleversé. Le monde du travail a complètement changé : le télétravail exceptionnel avant devient soudainement la norme, les enfants ne vont plus à l’école mais sont sensés apprendre en autonomie (et avec leurs parents) et les entrepreneurs se trouvent devant des défis inédits. C’est ce qui nous a motivé, chez Adjacent Possible Network, de mettre à disposition notre savoir-faire et notre expérience. Nous avons créé plusieurs checklists sur la gestion de crise et le leadership. Et nous vous les mettons à disposition gratuitement. 

Accompagner l’Humain

Dans ce contexte, je me suis consacrée à ce qui me tient à coeur : accompagner l’Humain dans ce changement de paradigme. J’ai en conséquence élaboré une checklist pour faciliter le télétravail – pour les managers et pour les collaborateurs. Et je me suis rendu compte que le sujet a beaucoup de facettes.

Travailler à la maison « et ben c’est comme travailler, au bureau sauf qu’on peut le faire en survêt » ?

Si c’est ce que vous pensez, je suis désolée, mais je vais vous décevoir. Le télétravail ne peut être réduit au changement de lieu – il y a de nombreux autres éléments qui vont l’influencer :

facteurs clés pour le télétravail

Vous vous en doutez certainement – sans équipement technique pas de télétravail efficace

Il est vrai que dans cette période de confinement, les réseaux sont soumis à rude épreuve. Mais ce n’est pas seulement la connexion internet qui doit être bonne. Il faut aussi un ordinateur (plus ou moins performant par rapport aux tâches demandées) et potentiellement un écran externe pour faciliter le travail si l’écran de l’ordinateur est petit. Bien évidemment, il faut un accès sécurisé à tous les dossiers et logiciels nécessaires. (La sécurité est d’ailleurs un grand enjeu – si vous avez des questions, je vous recommande vivement de contacter Florian Schütz pour en parler !). L’équipement technique est une condition sine qua non : une fois l’infrastructure et les logiciels mis en place, nous pouvons nous lancer !

Culture, confiance et l’effet Pygmalion  

La culture d’entreprise et le style managérial ont une grande influence sur la qualité, l’efficacité et le bien-être des collaborateurs en télétravail. Ceci est encore plus vrai dans cette période inédite de confinement. Une culture collaborative, ouverte, dans laquelle les collaborateurs et les managers sont alignés sur les objectifs à réaliser, va favoriser un climat de confiance. Ce qui va faciliter le télétravail en conséquence.

Connaissez-vous l’effet Pygmalion ? Wikipedia nous explique : Il s’agit d’ « une prophétie autoréalisatrice qui provoque une amélioration des performances d’un sujet, en fonction du degré de croyance en sa réussite venant d’une autorité ou de son environnement ». Quel est le rapport avec le télétravail allez-vous demander ? Je vous explique le lien : Si un manager part du principe que ses collaborateurs essaient de faire le minimum et qu’il faut les contrôler le plus possible pour qu’ils avancent sur leurs sujets, qu’est ce qui va arriver ? Vous l’avez deviné : d’après l’effet Pygmalion (validé dans de nombreuses études) les collaborateurs se comporteront comme le manager l’avait anticipé. Les mesures de contrôle mises en place par le manager créeront un environnement démotivant pour les collaborateurs – qui effectivement essaieront de réduire leurs efforts.

Au contraire, dans un climat de confiance, le manager essaiera encore plus que d’habitude d’être à l’écoute en cas de besoin et de gérer les équipes en se mettant d’accord sur des objectifs à accomplir – et non pas sur des heures de présence. Les collaborateurs seront plus motivés à s’organiser et avancer par rapport à ces objectifs – je vous parlerai dans un deuxième blog de l’organisation personnelle.

Pour le manager il s’agit donc de lâcher prise et d’avancer avec les collaborateurs par rapport au travail fourni.

Les pauses café – on n’en fait plus quand on est en télétravail ?

Autre aspect important du télétravail est l’aspect social – ou le manque potentiel d’échanges informels lorsqu’on se retrouve confiné devant son ordinateur à enchainer visios et dossiers. C’est aussi pour cela que je recommande la mise en place de rituels : des « daily » d’une quinzaine de minutes le matin ou le soir (en fonction des disponibilités des équipes) pour échanger sur les défis quotidiens, des réunions d’équipe un peu plus conséquentes une fois par semaine et pourquoi pas un apéro virtuel de temps en temps ?

Téletravail et « homeschooling » ?

Cette période de confinement pose un challenge additionnel au télétravail, « normalement » nos enfants sont à l’école et lorsque nous faisons du télétravail, nous pouvons organiser notre espace et notre planning comme bon nous semble. Aujourd’hui nous nous retrouvons dans des petits espaces, avec des enfants de tous les âges, plus ou moins autonomes et plus ou moins en capacité de s’auto-occuper.

Dans le meilleur des cas, on peut se partager le travail avec les petits – et il faut le reconnaître, il s’agit d’un vrai travail – avec un partenaire pour se libérer des créneaux dédiés à sa vie pro. Je vous reparlerai des astuces d’organisation.

Pour cet article, je me limite à un appel : communiquez avec votre hiérarchie ! Mettez-vous d’accord sur les horaires, rituels et délais praticables et raisonnables pour vous. Ces dernières semaines, j’ai reçu plusieurs retours de personnes dont les managers ne comprennent pas que le télétravail en période de confinement ne peut pas consister dans une présence ininterrompue devant son écran entre 9h et 18h. D’où l’importance de se mettre d’accord sur les cibles du travail ! Malheureusement, pas tous les managers sont en capacité d’écouter et d’entendre. Mais si vous ne tentez pas votre chance, vous ne saurez jamais si le vôtre pensait que de toute façon vous gériez la charge sans problème – comme vous n’avez jamais rien dit…